Techniques anti-stress : Surveiller sa respiration

Qu’est-ce que le stress exactement ?

Récemment, en raison de l’augmentation actuelle du rythme de vie, les conditions de stress commencent à avoir un impact plus profond sur nos vies. Les prévisions pour les années à venir sont plutôt négatives. Cela est dû au fait que nous travaillons avec beaucoup de données ; cliquez pour en savoir plus. En relation avec la “percée technologique” que l’humanité a réalisée, le rythme de notre vie a considérablement augmenté ces dernières années.

Le stress est un déclencheur chimique, physique ou émotionnel qui peut provoquer une anxiété mentale ou physique. S’il est difficile d’éliminer le stress, le gérer est une option réaliste et réalisable qui peut être accomplie de diverses manières.

Le concept de “stress” en psychologie et en physiologie a été inventé pour la première fois par Walter Cannon dans ses travaux sur la réponse universelle des individus “se battre ou fuir”. Cependant, à l’origine, le terme faisait référence à la tension “nerveuse-mentale” (le syndrome “fight or run”). Aussi, lorsqu’en 1936, le célèbre chercheur canadien Hans Selye, spécialiste du stress et physiologiste, publie sa première étude sur le syndrome général d’adaptation, il se tient à l’écart de l’usage du mot “stress” pendant plusieurs années. En 1946, le célèbre scientifique a commencé à utiliser le mot “stress” pour identifier le stress général. Le terme “stress” est fermement ancré dans notre vie quotidienne.

Comment le stress peut-il affecter notre vie ?

En quantité modérée et peu fréquente, ils sont bénéfiques. Ils augmentent les activités de nos organes et des systèmes de notre corps, améliorent l’efficacité et activent toutes les forces de notre corps, et aident à s’accumuler, par exemple, avant de passer un test difficile ou avant un discours responsable dans une réunion. Ce type de stress est connu sous le nom d’eustress.

Cependant, c’est souvent l’inverse. La vie est constamment stressante et cela a un impact négatif sur notre corps. Le corps qui est constamment stressé épuise rapidement ses ress. La personne est désorientée, en colère, et ses réserves de force diminuent rapidement. Cet état est appelé détresse. Les éléments déclencheurs peuvent être la perte d’un être cher, une maladie grave ou un événement traumatisant. Ce type de stress se traduit par un déséquilibre des processus d’inhibition et d’excitation au sein du cortex cérébral. Il en résulte une augmentation de la dépression ou de l’excitabilité, suivie d’insomnies, de fatigue et de névroses, d’irritabilité et, finalement, du développement de maladies affectant le système cardiovasculaire, en particulier (angine et ischémie myocardique, maladies hypertensives et accidents vasculaires cérébraux), ainsi que du diabète, du psoriasis, d’une diminution rapide de l’immunité et de l’incapacité à faire face aux stimuli externes. Cela signifie que le stress peut avoir un effet déséquilibrant sur les actions et le comportement d’un individu, lui faisant perdre son équilibre pendant une longue période.

Il est donc crucial de ne pas se laisser distraire et de ne pas laisser le stress se transformer en dépression chronique. Celle-ci devient un état pathologique et nécessite un traitement sérieux, pouvant aller jusqu’à l’admission à l’hôpital et une thérapie sous la supervision de médecins.

Voir aussi :  Les remèdes à base de plantes et les suppléments peuvent-ils traiter la dépression ?

Les causes du stress

Les causes du stress sont nombreuses mais pour chacune d’entre elles, l’explosion émotionnelle et le choc sont les plus courants. Il existe deux types de facteurs liés au stress :

L’élément personnel :

  • le décès ou la maladie d’un membre de la famille ;
  • le divorce ou le mariage
  • les changements dans la nature de l’activité
  • la perte de toutes les économies
  • le licenciement.

Les facteurs qui organisent :

  • les conditions de travail qui ne sont pas conformes aux normes ;
  • délai d’exécution d’un travail ou d’une tâche particulière ;
  • Innovations introduites ;
  • attentes élevées auxquelles vous devez répondre ;
  • Très ennuyeux et rébarbatif ;
  • Une augmentation de l’étendue du travail.

Techniques de gestion du stress

Il a été établi que 80 % des scientifiques pensent que 90 % des maladies ont un aspect somatique, c’est-à-dire que tout commence par l’expression des émotions, puis par des modifications des rythmes respiratoires. Par conséquent, le stress, pour améliorer notre vie, peut être géré.

L’autorégulation est le contrôle de votre état psychoémotionnel. Elle s’effectue par l’influence exercée par la personne sur elle-même par le pouvoir des mots et des s mentales, ainsi que par le contrôle de la respiration et du tonus musculaire. La caractéristique la plus significative de l’autorégulation est l’accent mis sur le développement de mécanismes internes adéquats qui permettent à une personne d’effectuer des actions spécifiques pour modifier son état. Dans notre vie quotidienne, nous utilisons fréquemment des outils qui ont été développés au cours d’une expérience individuelle pour gérer notre excitation, entrer rapidement dans le rythme du travail et nous détendre au maximum. Cela est évident dans toutes les cultures des différents peuples au sein desquels ont été développés des systèmes entiers de réceptions et de méthodes d’autorégulation dans des états aux principes éducatifs et pédagogiques distincts. “Apprendre à se gérer soi-même” est l’objectif premier de ces mesures, et on le retrouve souvent dans divers enseignements religieux, philosophiques, systèmes pédagogiques, etc.

L’autorégulation opportune est une sorte de méthode psycho-hygiénique. Elle permet d’éviter l’accumulation des symptômes de surtension qui subsistent et contribue à la complétude de la récupération. Elle normalise le contexte émotionnel de l’activité et aide à prendre le contrôle des émotions. Elle aide à augmenter la mobilisation des ress de l’organisme.

Il existe de nombreuses stratégies pour gérer le stress et des méthodes pour réguler l’état mental, dont voici quelques exemples :

  • Méthodes pour se détendre (regarder les fleurs qui se trouvent dans la pièce, prendre des photos et autres objets coûteux ou agréables pour la personne qui contemple l’agréable, regarder le paysage bains de soleil et respirer l’air frais sourire, rire et rire).

Exercices physiques (yoga ; marche, course, natation, divers mouvements comme étirer les muscles, les détendre 😉

  • Maintien d’un mode de vie actif et sain (bonne alimentation, évitement des habitudes malsaines, mode de vie physiquement actif et prévention des maladies et cercles sains d’interaction sociale).
  • Capacité à organiser son temps
  • thérapies ou consultations de groupe (art-thérapie, musicothérapie et thérapie par les couleurs).
Voir aussi :  7 conseils efficaces pour faire disparaître le stress

Cependant, ces méthodes ne peuvent pas être employées, par exemple au travail, au moment immédiat où il y a une tension ou une fatigue accumulée. C’est là que la gymnastique respiratoire peut être salvatrice.

Le contrôle de la respiration est une méthode efficace pour agir sur le tonus des muscles du cerveau ainsi que sur les centres émotionnels.

La respiration qui a été enregistrée depuis la nuit des temps pour de nombreuses personnes fait partie des moyens les plus efficaces pour normaliser l’état d’esprit d’une personne. Le rythme de la respiration et du cœur est un indicateur exact et fiable de la santé mentale d’une personne. La respiration ne se contente pas d’enrichir le sang en oxygène, elle agit également sur la régulation du système nerveux des organes vitaux. Grâce aux exercices de respiration, vous pouvez maîtriser l’art de contrôler votre corps, et en particulier, vous serez en mesure de vous fournir les premiers soins en cas de maladie aiguë.

Prenons l’exemple d’une crise d’asthme. Le patient n’a pas assez d’air et est asphyxié, il panique. Dans cette situation, l’art de la respiration correcte va devoir être utilisé. (Voir aussi 10 trucs naturels pour lutter contre le stress que vous devriez essayer)

Il existe de nombreuses méthodes pour contrôler cela, en fonction de l’objectif final de la régulation.

  1. Respiration ventrale

Une respiration profonde et lente (impliquant les muscles de l’estomac) réduit l’excitabilité des centres nerveux et favorise la relaxation des muscles. La respiration régulière (thoracique), quant à elle, offre un haut niveau d’activité au corps et contribue à soulager les tensions du système neuropsychique. La concentration sur la respiration augmente la quantité d’énergie dans le corps, ce qui stimule le travail du cerveau, tandis que la concentration sur la sortie améliore la relaxation des muscles de tout le corps, et apaise les émotions et les pensées. Commencez par vous mettre debout, en plaçant une main sur la poitrine, et l’autre sur le ventre. Prenez une profonde inspiration. Avec une respiration correcte et complète, le premier mouvement commencera en se concentrant sur votre bras inférieur qui est celui qui se trouve sur votre estomac.

  1. Compter les respirations

L’exercice de respiration le plus simple pour se détendre est de compter. Détendez-vous sur une chaise, le dos droit. Détendez vos bras, vos jambes, votre cou. Respirez profondément. Commencez à compter vos respirations et vos expirations. Allez ensuite jusqu’à 10, puis recommencez. Cet exercice vous ramènera certainement à votre état “ici et maintenant” et vous permettra d’être capable d’évaluer clairement et objectivement la situation.

  1. L’ accent est mis sur l’inspiration

Il est important de se concentrer sur la respiration. Prenez lentement une inspiration à la hauteur du flux de votre âme ; retenez votre souffle un moment, puis expirez aussi vite que possible. Il est essentiel d’imaginer qu’à chaque respiration vous débordez d’énergie et de fraîcheur. Vous vous sentez léger, frais et plein d’énergie et, à chaque expiration, vous êtes libéré des soucis et des tensions. Dans cette situation, la respiration se fait par la partie inférieure des poumons via la paroi abdominale Le thorax et les épaules restent inactifs.

  1. Gymnastique au rythme du cœur
Voir aussi :  Vous souffrez régulièrement de stress : anxiété ? Essayez le CBD d'un magasin de confiance.

De nombreux experts recommandent cette méthode. Elle se fait sous le rythme du cœur. Pour commencer, il faut repérer un pouls, fermer les yeux et être conscient de sa respiration et des battements de son cœur. Une fois qu’une personne s’est habituée au rythme, elle devra estimer le nombre de battements qui se produisent lors de l’expiration et de l’inspiration. N’expirez que lors du premier et du troisième battement de cœur. Il est essentiel de trouver un rythme qui vous convient, car la tension de votre corps en dépend. Vous remarquerez peut-être que votre cœur s’est mis à battre plus fréquemment – cela dépend de la vitesse à laquelle vous respirez. Une expiration prolongée peut diminuer un peu le rythme cardiaque et facilitera l’exécution de la gymnastique. En période de tension du système nerveux, la synchronisation entre les cycles cardiaque et respiratoire diminue, et ainsi les processus physiologiques fonctionnent. Ainsi, lorsqu’une personne régule le rythme de la respiration et du cœur, elle aide au fonctionnement du système nerveux, ce qui permet de soulager les tensions et de ramener le corps à un état euphorique.

  1. Exercice “Respiration des narines droite et gauche. ”

En yoga, cette respiration est appelée Suryabheda (Surya-Bheda-Kumbhaka) pranayama. Surya est “le soleil”, et Bheda signifie “perçant”. La respiration se fait d’abord par la narine gauche, puis par la narine droite. Ensuite, on ferme la narine droite à l’aide du pouce de la main gauche et la gauche à l’aide de l’auriculaire de la main droite. La respiration doit être lente et régulière. Dans un premier temps, il s’agit de stimuler l’hémisphère droit du cerveau, ce qui favorise la paix et la tranquillité. La respiration dans la narine droite stimule l’hémisphère gauche du cerveau qui active le potentiel cognitif (rationnel).

Un entraînement régulier à la pratique de cette respiration calme le système nerveux. Il permet également de dégager les sinus et d’obtenir une tension artérielle optimale pour les personnes souffrant de problèmes de tension artérielle. En outre, la pratique de cette technique de respiration entraîne une augmentation de la production de chaleur dans le corps et l’activation des processus digestifs.

Ainsi, lorsque vous êtes sous pression, vous ne devez jamais baisser les bras. Cela ne ferait qu’aggraver la situation. L’être humain est le seul animal sur Terre qui est capable de modifier sa façon de respirer.

Si cela est vrai, nous avons la chance de posséder une méthode universelle de respiration curative. Il ne tient qu’à nous de découvrir comment utiliser ce mécanisme.

À propos de l’auteur

Carol James est un écrivain universitaire. Si vous souhaitez consulter ses écrits, allez sur Essaylab. Il s’agit d’un service merveilleux qui offre une assistance compétente en matière de rédaction scolaire pour les étudiants de tous niveaux d’étoiles. L’objectif principal est de faciliter la réalisation de vos travaux scolaires au lycée et de donner à tous les chances de réussite sans leur faire subir trop de stress.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.