Poser du placo : les secrets du plaquiste !

Vous n’êtes pas plâtrier et vous n’avez pas l’intention de le devenir. Pourtant, vous devez installer une cloison en plâtre ou refaire des murs qui, s’ils ne sont pas plâtrés, en ont l’air. Tout le monde a dit aux jeunes que les plaques de plâtre sont la solution idéale. Quelle est la question ? Lorsque vous étiez enfant, vous décolliez le papier peint chez vos parents avec une détermination (et un amusement) étonnants au début. Mais c’est à peu près tout ce qui concerne vos compétences en matière de rénovation des murs. Pas de panique ! Nous allons vous montrer toutes les astuces dont vous aurez besoin pour poser des cloisons sèches de qualité professionnelle. Tout dépend de la fermeté de vos mains !

Publicité

Les conditions requises pour poser des cloisons sèches

Avant que vous ne le mentionniez (parce que vous avez plus de connaissances à ce sujet que vous ne voulez l’admettre) Oui, il est possible de poser des cloisons sèches directement sur un mur en utilisant un mortier-colle spécialement conçu à cet effet. Mais ce n’est pas le cas le plus fréquent, et pendant que nous y sommes, examinons le plus difficile ! La plupart du temps, la zone à rénover ne sera pas assez plate pour être posée directement sur une plaque de plâtre. Il se peut également que vous souhaitiez faire passer des câbles au-dessus du mur pendant que vous le faites pour maximiser votre installation électrique et pour installer une prise de courant supplémentaire. Ou bien, vous pouvez créer une cloison au milieu de l’espace. En fin de compte, nous supposerons que vous allez construire une structure de soutien en acier.

Pourquoi avons-nous besoin de la cloison sèche ? Quel est le meilleur type de plaque de plâtre, d’ailleurs ?

Avez-vous des questions ? C’est normal pour ceux qui commencent tout juste leur parcours. La plaque de plâtre est le matériau le plus efficace et le plus rentable pour l’aménagement intérieur. Elle est composée de plâtre et d’une feuille de carton sous-jacente qui est ensuite facilement découpée dans la forme et la taille que vous souhaitez. Elle est idéale pour réparer les murs d’un bâtiment endommagé ou pour couper une zone en deux.

Il existe une grande variété d’options à acheter. La plaque de plâtre à l’ancienne est recouverte de carton gris d’une épaisseur de 1,3 cm. La même chose est recouverte de carton vert, ce qui signifie qu’elle est imperméable, donc adaptée aux zones humides. En outre, vous pouvez voir, par exemple une plaque de plâtre isolante faite pour l’isolation, et constituée d’une épaisse couche de polystyrène (plutôt à coller au mortier).

Voir aussi :  Prévenir les obstructions et les dommages à vos pompes hydrauliques : pourquoi opter pour une crépine hydraulique ?

Publicité

Une fois que vous avez établi l’étendue de votre projet, vous devez penser aux aspects techniques. La surface totale à couvrir ou les dimensions de la cloison, la possibilité d’inclure une isolation à votre structure (pour les cloisons entre deux plaques de plâtre qui sont fixées de chaque côté du rail). Les outils dont vous aurez besoin et, sans oublier, ceux nécessaires pour la fixation au sol et au plafond. Quelle est l’idée ? L’étape suivante !

Les achats les plus indispensables : rails, renforts de plaques, plaques et accessoires

Si vous vous rendez dans votre magasin de bricolage préféré, vous devrez penser aux différentes étapes à suivre pour la pose de la plaque de plâtre, en partant du cadre qui la soutient jusqu’à la finition qui permet d’appliquer la peinture. Voici donc la liste de base que vous pouvez utiliser (je vous jure que vous ne serez pas accusé de tricher) :

  • Les plaques de plâtre sont disponibles en deux largeurs, 60 centimètres et 120 centimètres. Le choix se fait en fonction de la surface qui sera plaquée. Votre intuition vous aidera. Choisissez les plaques de 60 cm si vous êtes seul car le transport des plaques de 120 cm, et même leur maintien tout au long de l’installation peut être difficile. La hauteur normale pour les 2m50 est de, cependant il existe des plaques qui sont à mi-hauteur. Calculez les éléments dont vous avez besoin mais attention ! Plus vous divisez le plancher en un grand nombre de plaques et de joints, plus vous devrez remplir de joints.
  • Rails Ils sont disponibles en plusieurs tailles, la plus populaire étant la longueur de 2,5 millimètres qui permet aux utilisateurs (normalement) de monter au plafond en utilisant un seul montant. Ils peuvent être divisés au cas où vous le souhaiteriez. On pourra distinguer plusieurs types de rails.
    • Les rails traditionnels, à fixer au plafond et au sol.
    • Les montants sont fixés dans les rails.
    • Si vous envisagez de poser des plaques de plâtre au plafond (ou sous la pente), vous pouvez installer des rails appelés ” fourrures ” qui sont suspendus à des cintres.
  • Les renforts: c’est vous qui décidez de les mettre ou non. Ils peuvent être constitués de tasseaux de bois qui sont disposés comme des entretoises et contribuent à la fixation de l’ensemble de la structure.
  • L’isolation L’isolation est une option et est recommandée si vous recouvrez un mur tourné vers l’extérieur, ou si vous séparez deux pièces dont vous souhaitez augmenter l’isolation phonique. La plupart du temps, l’isolation est composée de laine de roche ou de verre (voire de chanvre ou de lin). Mais il est aussi composé de polystyrène EPS ou de polyuréthane.
  • Les vis ! Elles seront cruciales pour fixer les plaques de plâtre sur les rails et les montants. Choisissez les vis de couleur noire spécialement conçues pour cet usage. Une longueur de 25, 35 ou 25 mm est suffisante, à vous de choisir.
  • Outils : Un certain nombre d’outils sont nécessaires à votre activité, en voici la liste complète.
    • Pour percer les trous dans le plafond et le sol afin de raccorder les rails nécessaires, vous aurez besoin d’une perceuse ou d’une cheville, d’un marteau ainsi que de vis à tôle (ou autres, si vous le souhaitez).
    • Pour que les montants soient installés, il faut les relier aux rails en haut et en bas. Pour ce faire, vous aurez besoin d’une pince à sertir.
    • Si vous choisissez de mettre des entretoises en bois, comme vous aurez besoin de vis à bois et d’un tournevis qui pourra être utilisé pour raccorder la cloison sèche aux rails.
    • L’étape finale consiste à couvrir les espaces entre les plaques et dans les creux de celles-ci (elles sont légèrement pliées sur les côtés). Il faut donc se procurer des spatules et du plâtre.
    • Un niveau ! Sinon, vous pourriez avoir des surprises inattendues mais ce ne seront pas de bonnes surprises !
    • Alors l’escabeau est indispensable.
    • Une combinaison de peintre peut vous éviter de vous salir ainsi que des gants confortables.
Voir aussi :  Comment nettoyer le verre sans laisser de taches et très rapidement ?

Êtes-vous un ensemble complet ? Commençons.

Poser du plâtre sur un mur en seulement 3 étapes

Le moment est venu pour vous de vous réveiller. Vous vous tenez droit dans la zone où le mur doit être posé. L’œil vif et le poing serré, il a été décidé que vous auriez terminé demain ! Devant vous, les piles sont massives. D’un côté les plaques, de l’autre les rails métalliques et enfin votre boîte à outils qui contient tout ce dont vous aurez besoin (si vous avez respecté votre check-list à la lettre !). Prenez un premier rail et c’est parti !

La structure métallique

Tu as déjà mesuré l’espace que tu devras couvrir pour acheter les articles que tu veux. Maintenant, réfléchissez à ce que vous allez faire exactement pour placer les rails au sol et au plafond. Sur le mur, s’il y a un mur derrière ? Si ce n’est pas le cas et que les murs sont recouverts de plaques de plâtre des deux côtés, veillez à dessiner le contour de votre création sur le sol à l’aide d’un crayon.

La première étape consiste à fixer le rail au sol en utilisant des trous dans le sol ou en perçant à d’autres endroits. Pour un rail de 2,50 m de long, nous suggérons un minimum de trois points de fixation. Pour rappel, marquez l’emplacement des trous. Ensuite, vous les percez dans le sol puis vous insérez vos chevilles avant de fixer votre rail à l’aide de vis.

Une fois cette opération terminée, placez deux poteaux verticaux, sans les enfoncer : ils servent à soutenir et à fixer le rail de plafond. Utilisez votre niveau pour vous assurer que la structure est bien droite (en le plaçant du côté des montants verticaux).

Ensuite, fixez votre rail de plafond de la même manière que le rail de sol. Maintenant, vous êtes prêt à connecter tous les montants verticaux à une distance d’environ 60 cm, que vous pouvez doubler ou non, en fonction des exigences de votre maison. Assurez-vous également qu’ils sont de niveau pour faciliter la pose des vis sur les plaques par la suite. Il ne vous reste plus qu’à serrer le tout.

Voir aussi :  Comment choisir un bon vêtement de travail ?

Ensuite, vous pouvez fixer vos entretoises, si vous le souhaitez selon l’espacement que vous préférez, puis fixer vos éléments isolants. La laine de roche ou la laine de verre est un bon choix ou une membrane isolante si vous avez besoin d’un joint étanche à l’air. L’ossature est en place Étape suivante !

Réparer les plaques

C’est le moment le plus gratifiant. Une plaque d’un design simple et le travail que vous avez fait paraîtront comme s’ils avaient fait un bond en avant ! La plaque doit être placée sur le dessus de la structure en métal de chaque côté. Avant de la fixer, veillez à marquer au crayon la zone où se trouvent les montants derrière elle. Sinon, vous risquez d’enfoncer de nombreuses vis dans cet espace.

Ensuite, il suffit de placer la plaque dans la bonne position pour insérer les deux vis que vous avez d’abord vissées. Après cela, vous pouvez enfoncer les autres vis à votre propre rythme. Une vis tous les 20 cm est la même pour les rails du plafond et du plancher, ainsi que sur les montants verticaux.

Pour installer les plaques ci-dessous, n’hésitez pas à les mettre en ligne les unes contre les autres sans espacement, et ne vous préoccupez pas d’une petite différence de niveau aux extrémités. Les creux prévus dans la forme des plaques seront recouverts et vous permettront de réaliser des assemblages parfaits.

Conseil: Lorsque vous posez une plaque de plâtre orientée horizontalement, si vous êtes au moins deux personnes, soulevez la plaque vers le plafond avant de poser le plafond (si votre espace est standard et qu’il vous reste quelques centimètres de hauteur). Cela vous évitera de devoir mettre une grande couche entre votre plafond et vos plaques. Au sol, l’écart n’aura pas autant d’importance, puisque vous allez certainement poser des plinthes.

Les touches finales

Le mur est terminé Il est temps de le rendre prêt à recevoir la couche de peinture (ou de papier peint) qui va être appliquée. Le procédé est simple : remplir tous les creux avec un bon enduit et lisser parfaitement le mur.

Vous devrez commencer par remplir les creux avec un enduit pour les creux de plusieurs millimètres de profondeur. Après cela, vous pourrez obtenir la meilleure finition en utilisant un enduit de lissage. N’oubliez pas de peindre les vis au milieu des plaques pour que leur forme ne transparaisse pas à travers la peinture.

Publicité

Ne vous inquiétez pas si vous devez poncer et enduire à nouveau. Même les meilleurs d’entre nous ne réussissent pas toujours du premier coup !

La pose d’un mur est une tâche simple, mais elle requiert beaucoup d’habileté et le plus important est l’organisation. L’heure est venue d’aller se coucher et, avec les dernières touches, vous êtes heureux que votre mur soit terminé. Nous le sommes aussi, félicitations ! Vous connaissez maintenant les secrets de la rénovation d’une vieille maison pour la rendre neuve. Vos voisins vont vous regarder avec un nouveau respect !

Dernière modification le septembre 25, 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *